Reinhardt Tarkand, le Siècle des Hommes sans Dieux

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.


Pour un exemplaire papier, cliquer ci-dessus sur le bouton Lulu.

Pour un exemplaire dédicacé (le prix sera le même): rupture de stock

____________________

Titre: Reinhard Tarkand-Talaas, Le Siècle des Hommes sans Dieux
Catégorie: Littérature et fictions
Description: Juin 1937, Reinhardt Tarkand, jeune capitaine de cavalerie déserte l’Armée Rouge et chevauche à travers la Mongolie, le Tibet, la Chine et de la Mandchourie, à la recherche de ceux qui doivent le faire khan. Ils seront les 9 de sa Suite, il les emmènera à travers la tourmente des guerres.
Punchline d'éditeur:

Reinhard Tarkand: capitaine de cavalerie en Union soviétique, déserteur en Mongolie, Protecteur du Tibet, conquérant en Chine.

Éditeur: Editions du Moine-guerrier
Année du Copyright: © 2014
Langue: Français
Pays: France

Recension décembre 2014 :

http://www.mauvaisenouvelle.fr/?article=livres-le-siecle-des-hommes-sans-dieux--487&msg=com_ok

Témoignage Friche

 

 

Télé Friche chef doeuvre

 

 

 

 

 

 

 

 

GLOSSAIRE DES SUJETS

Trains blindés, seigneurs de la Guerre, Grande Muraille de Chine, lac Baïkal, Guépéou et services secrets russes, Route de la Soie, Vallée de la Mort, Sacre des khans, lamas guerriers du Tibet et de la Mongolie, Sociétés secrètes, Triades, baron Roman Feodorovitch von Ungern-Sternberg, Sun Yat-sen, Chang Kai-shek, Mao Ze-dong, Désert de Gobi, Lhassa sur les nuages, dalaï-lamas, premiers kamikaze, charges de cavaleries, Mitsubishi Zéro, Guerre civile chinoise, invasion japonaise, islam chinois, Longue Marche, Offensive des Cent Régiments, Missions religieuses, guerres de l’Opium, mystification de Pearl Harbour, purges soviétiques, conflits frontaliers russo-japonais, putsch de 1936 à Tokyo, empereur Aisin Gioro Pu-Yi, contes et légendes d’Asie centrale, sables mouvants de l’Ordos, hauts plateaux tibétains, prairies et forêts mandchoues, grand Van le tigre, Shanghai et Canton des années 20, Concessions Etrangères.

Ils ont dit:

Jean RASPAIL : « Performance peu courante de nos jours. Chapeau ! »
Marcel JULLIAN : « Il faut continuer, contre vents et marées ! »
François FONTAINE : « Cher Max, je retrouve chez vous tout le souffle essoufflant de nos romantiques, avec un mélange. Votre culture est flagrante et elle s’exprime dans un discours éloquent. Il y a une étrange musique dans votre expression et de la véhémence dans votre pensée. Des passages entiers mériteraient d’être lus, ou joués, devant des publics jeunes. »
Jean d’ORMESSON : « J’admire votre courage. C’est un tour de force. Bonne chance ! »
Michel TAURIAC : « Vous avez fait un travail important dont l’élévation de pensée vous honore […]. Vous vous en êtes tiré avec talent. »

 

J'achète

Témoignages

Quelle grandeur, quelle ampleur de pensée ! (Alex)

Ce livre est magnifiquement écrit, imaginé et fouillé (quel travail !) au niveau historique !!! Et quelle passion on devine derrière toutes ces lignes ! La description des paysages et des sentiments est de toute splendeur. (MT)

 Ayant terminé la lecture de ce roman, je tiens à vous féliciter pour la qualité du travail mené. (NG)

J'ai pris beaucoup de plaisir à lire votre roman... (Flo)

IMG_20160504_164616

Témoignage Léo

L’histoire est passionnante avec beaucoup de références historiques et culturelles. Les valeurs véhiculées sont tout à fait d’actualité dans un monde en recherche de sens et de simplification. J’ai tout de suite pensé au livre de Frédéric Lenoir « L’âme du monde ». Je suis personnellement très attirée par tout ce qui est lié au taoïsme et à la sobriété heureuse (Pierre Rabhi) en général alors j’ai trouvé plein de choses intéressantes.

L'histoire de Reinhardt m'a tenue en haleine ! Vivement la suite. Cordialement. Nilou

Me voila piégée ..d'habitude quand je commence un livre je triche : je commence au milieu et je fais des allers retours je lis en diagonal et je cherche juste lessentiel ...mais avec vous cest impossible..trop bien ecris , trop riche et détaillé! (Claire P.)

Couverture approche 600pix Reinhardt Tarkand, commande le Siècle des Hommes sans Dieux

Hi Max! je ne l'ai pas encore fini, mais oh que j'ai adoré ce que j'ai pu en lire!
Quelle plume vous avez là! C'est un vrai bonheur que de pouvoir se couper de tout et de se plonger dans votre roman. Mon moment rien qu'à moi.
Vous avez un sens du détail, de la précision, les notes de bas de pages qui étayent à merveille les éléments que bon nombre de personnes ne connaissent sans doute pas (Ahelya Bance)

Les pages se tournent toutes seules. J’ai adoré. Maria Watan.

Un monument ! Une épopée tellement moderne ! Toutes les couleurs des terres, toutes les flammes des regards sont accrochées aux pas et à l'âme de cette légende vivante comme autant de traces qui lient les parcours humains et historiques des hommes jusqu'aux confins de la mémoire des mondes. Vous allez découvrir en Indiana un écrivain, un historien, un peintre, un ethnologue, un philosophe, un humaniste, dans un style absolument unique. A lire sans réserve, immédiatement. Patrick Badin

Léger sans être superficiel, profond sans être hautain ! Je l’ai lu d’un trait. Sally Giovanni (Londres).

Max, you’ve done such a great job! Ami Sonberg (Dallas).

Ça déchire. Tres visuel. Un vrai… film ! Patrick Evrain (Paris).

J’ai été surpris. Vous commencez d’une manière classique, presque académique. Et puis peu à peu on est retournés. Matthieu Labegère

Je sentais que l’écriture revenait. Vous le confirmez. En repartant à la recherche d’une écriture, Umberto Ecco a eu la même idée que vous. Jean-F. Helaine

Une œuvre de très grande pointure, qui casse nos schémas actuels, proposant tour à tour l’éblouissement d’une gigantesque fresque historique, le réalisme cru d’un journal de guerre, un étonnant et authentique cheminement philosophique, une réflexion mystique non point de surface, mais coïncidant avec la recherche de sens qui fait la force de cette histoire… Abigail Thomson-Geniès

Votre regard sur l’humanité est sans concession, sans faux-semblant, et j’ai été saisie par cette recherche de vérité qui joue parfois comme un miroir. Surprises multiples car on ne peut parler du style, mais des styles qui composent ce récit (…). Vous m’avez eue et j’ai aimé ça. (Fabienne Cestoskowà)

L’ensemble du roman est traversé par cette recherche de sens, une réflexion qui à la fois braque les regards sur cette période de l’histoire, et veut dénouer les fils de ce qui se joue aujourd’hui pour l’avenir de notre monde. Rose-Marie Lamert

La lecture d’un tel roman marque pour longtemps, et je souhaite qu’un très large public puisse y avoir accès. En passant par le cinéma ? Jean-Claude Arvenne

…une connaissance très profonde de l’Asie Centrale et Orientale, non seulement de ses paysages et de son Histoire, mais aussi des cultures, des mentalités, des psychologies ; l’auteur les retrace avec une justesse et une émotion telles que le lecteur aura l’impression d’avoir « fait le voyage » au fil des dialogues qui semblent suspendre le temps, ou dans la lumière ardente des descriptions (…). Il y a une musique des mots, qui fait de ce récit un chef d’œuvre littéraire, une véritable et rare vigueur de la pensée, servie par un style souvent elliptique, qui en accentue encore la force. Claire L.

Roman avant tout mais aussi quête initiatique qui, au travers des personnage se révélant peu à peu, nous fait comprendre que l'Histoire est souvent faite par un petit nombre d'hommes qui modifient le destin de millions d'autres.
Avec un souffle épique où les valeurs essentielles de toute société sont sublimées, c’est un roman qui vous donne la force d'entreprendre et d'aller de l'avant par rapport à notre monde centrifuge qui nous fait nous éloigner de nous-mêmes.
Roman aux bases solides, qui s'appuient sur l'Histoire et ses arrières-plans secrets, sur les philosophies orientale et occidentale dont l'auteur nous offre une synthèse dynamique. Je crois que je ne l’oublierai jamais.
On est revitalisé pour avancer à nouveau.
On attend le film !!! Gilles MAY

6 réflexions au sujet de « Reinhardt Tarkand, le Siècle des Hommes sans Dieux »

  1. Reçu! Mille fois merci!
    J’ai déjà débuté l’aventure durant une journée rien que pour moi…fabuleux moment.
    Quel voyage!

    Répondre

  2. juste histoire de pinailler : dans l’absolu, « sans » ne devrait pas être suivi par un pluriel… 🙂

    Répondre

    1. Question d’érudit, discutée avec mon premier éditeur. « Sans » peut être suivi d’un pluriel, entendu dans le cas où il y a une différence notable de sens, ce qui est le cas. Un siècle sans Dieu n’est pas un siècle sans dieux… A telle enseigne que l’éditeur m’a refusé « sans Dieu » que je préférais, pour « sans dieux ». Amitié

      Répondre

  3. La lecture du « Siècle des hommes sans dieux » de Max Montgomery a été un très bon moment pour moi.
    Le personnage de Reinhardt, cruel et naïf comme un enfant, tranchant comme une lame d’acier, fragile et indomptable irrite, interpelle, provoque. Je suis devenue son ami e et son ennemie ensemble. Je l’ai suivi dans des contrées lointaines captivantes ou hostiles, sans rien pouvoir faire, ni pour, ni contre lui. Fermer le livre ? Non ! Le laisser ouvert, à la page pour savoir. J’aurais souhaité le conduire dans un environnement plus familier pour moi, la France actuelle par exemple, et le voir agir , avec pas mal d’appréhension c’est vrai, car en fin de compte qui est-il vraiment ? Que ferait ce magnifique personnage dans d’autres lieux? A quoi lui servirait son héritage spirituel? Qui nous le dira?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *