Le pari, écrire une nouvelle par jour en 1.500 caractères

— Tu sais pourquoi ton frère s’en va, Lucie ?
— Oui, je sais… Non, je ne sais pas. Pourquoi ?
La maman pose son pinceau dans le pot.
— Il va faire ses études en Amérique.
— Oui, je sais.
Lucie devine qu’il y a autre chose.
— Maman…
— C’est bon, tu as gagné. Tu veux qu’on en parle ?
Lucie fait une mimique :
— C’est toi qui veux qu’on en parle, maman.
La petite a raison. Ce n’est pas facile d’en parler avec Lucie. Mais il faut qu’elle sache.
— Tu te souviens qu’il a eu des examens ?
— Oui.
— Eh bien, il a… une maladie très rare. Et même inconnue.
Lucie ne dit rien, elle chiffonne sa poupée.
— C’est pour ça qu’il part ?
— Non, enfin si. Il va continuer sa médecine dans une très bonne université et il essaiera de comprendre sa maladie. Il n’y a que ça… à faire.
— Ça va, maman ?
— Les médecins n’ont pas de solution. Il va essayer de comprendre, en espérant qu’il trouvera quelqu’un qui acceptera d’étudier la question avec lui. Une jeune Américaine a réussi à se soigner en faisant ça, en reprenant tout depuis le début, elle s’est soignée et…
— Tu crois qu’il va y arriver ?
— Je ne sais pas.
Lucie a laissé tomber sa poupée et se jette brusquement dans les bras de sa mère.
— Il va revenir, n’est-ce pas ?
— Je ne sais pas, ma chérie, mais on l’espère. On va y croire. Il faut qu’on l’aide. Nous devons avoir confiance, tu comprends ?
— Oui, maman.
Silence.
— Il va être fort, hein, maman ?
— Oui, ma fille, il va être fort.
Lucie pleure et sa maman a les larmes aux yeux.
— C’est un homme.

Aller simple vers l'espoir, Brigitte Fossey dans Jeux Interdits

​Vous allez aussi apprécier...

  • Cyriaque Dumont says:

    Un style bien différent de ce à quoi vous nous avez habitués. Texte dépouillé, simple mais touchant.

  • Gare au roman de gare! (mais c’est si bon de faire pleurer Margot!).

    Ce visage réfléchi et boudeur d’enfant que vous utilisez pour illuster vos textes est magnifique et reste très présent. Sait-elle que nous la regardons?

  • Une maladie inconnue. Espoir en la recherche. Inquiétude. Je n’y vois pas de feuilleton à l’eau de rose!
    Par contre ce visage d’enfant est vraiment touchant. Quel est son grand chagrin, quelle injustice a-t-elle subie? L’aime -t-on assez cette petite princesse ? Mais peut-être vient-elle juste d’écouter un de ces contes affreux pleins de sorcières et d’ogres que l’on raconte aux enfants pour leur apprendre la vie?

  • Oui un homme… Un bel homme soit une belle âme.

    Et ce joli petit bouton de rose, va-t-il s’épanouir… Et devenir une femme ?

  • Cette nouvelle me fait penser au Bouddha qui aurait dit que la maladie est l’école de la souffrance quand la leçon de l’école de la Sagesse n’a pas été entendue….

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

    Récupérez des lectures saines, ça vous changera de vos romans de gare

    ​​Inscrivez-vous ​ou filez loin d'ici, galopins !

    >