La roulure de Kateringrad

Le pari, écrire une nouvelle par jour en 1.500 caractères

En Russie caucasienne, certaines bourgades étaient si isolées du monde que les populations pouvaient pratiquement disparaître des années avant que le pouvoir central ne l’apprenne.

1881. Kateringrad, bourg fondé par le prince Potemkine, 450 habitants. A la fin du 19ème siècle, ils ont presque tous péri de la fièvre.

Un chasseur avait ramené la fièvre de la chasse au faisan. Il n’y a que 10 morts lorsque le maire comprend que le village peut disparaître.
Viktor Iouchenko, le médecin, un homme faible qui s’est mis à la vodka, reste un grand savant. Mais sa femme Grichka porte la culotte. Viktor peut sauver la bourgade mais il n’obéit qu’à Grichka. Or, elle en est presque contente, de cette fièvre : elle la venge des femmes qui ont couché avec son mari, et de leurs filles qu’il regarde.
Les habitants viennent voir Viktor :
— Faites quelque chose, nos enfants et nos femmes meurent !
Le maire, à son tour, vient aux nouvelles :
—  Que fais-tu, Viktor ? Tu te décides ? Grichka Ferovna, si vous n’obtenez rien, nous mourrons tous. Viktor doit se reprendre. Vous aussi, vous mourrez.
Grichka prend peur.
— Que dois-je faire ?
Le maire lui glisse à l’oreille :
— Laissez-le voir Anatalia, la fille de Soriguine, elle est mal en point.
Grichka serre les poings. Le maire reprend :
— Vous pensez que je plaisante ? Laissez-le la voir, son père est d’accord, et du diable s’il couche avec elle, il fera ce qu’il faut pour nous soigner tous !
— Il ira la voir, mais ensuite, je la tuerai, la roulure.
Viktor a eu peur d’elle ; ce qui s’est passé, c’est qu’il n’a soigné qu’Anatalia, qu’il lui a fait faire ses bagages et qu’ils sont partis ensemble vivre à Moscou.
1882. Kateringrad, 448 morts.

Cliquez like ci-dessous

2comments
Chemin31

Il y a bien des manières de manipuler un faible, hélas!
448 morts! Ce n’est rien comparé à la mort de plusieurs millions d’individus d’une fourmilière écrasée!
Mais aussi, dans un bon jour, on pourrait penser au remords , au désir de rédemption, et imaginer une suite magnifique…

Reply
    MaxM

    La Petite maisons dans la prairie a réussi bien mieux que moi ce genre de prouesse.

    Reply
Click here to add a comment

Leave a comment: