La superstition condamnait les nouveaux-nés

Le pari, écrire une nouvelle par jour en 1.500 caractères

La superstition condamnait les nouveaux-nés

Chine, 1925.

La superstition condamnait les nouveaux-nés https://www.roman-livre.com les nouveaux-nés

Nourrissons abandonnés et recueillis par les Jésuites de l’Aurore, à Shanghai.

La superstition condamnait souvent les nouveau-nés. S’ils naissaient au jour du Nouvel-an : on les abandonnait ; le 5ème jour du 5ème mois, le jour du Hibou réputé cannibale : abandon ; l’année du Cheval de Feu : abandon. Si c’est une fille d’”aspect néfaste”, abandon. Si l’enfant a un cri néfaste : abandon plusieurs jours, et on revient voir s’il crie mieux. Tout nouveau-né est laissé trois jours à même le sol, pour qu’il prenne à la terre les forces qui lui manquent. Et pour s’assurer qu’il est solide.Souvent, les mères accouchent dans un seau qui sert à tous les usages. A quatre heures du matin, les ménagères vident le seau dans le canal. Parfois, il arrive qu’il y ait encore un bébé dedans, il est jeté pareillement.Dans la couche nuptiale, on trouve un garçon ? « Bravo, ma fille ! » dit la belle-mère. Une fille ? « Maudite, tu attires les mauvais esprits ! » La mère est battue, la petite est souvent jetée dans le canal. La superstition et la faim, toujours la faim. Pendant trois mois, la mère ne fait aucune toilette, pour se “purifier de la naissance”. Si une fille survit, elle devra apprendre à dire “oui”, à subir les brimades ou même les coups, à se taire, à vivre séparée des garçons. Elle est presque assurée de ne connaître aucune intimité, même la nuit de noce lorsqu’elle sera conduite au lit nuptial : dans bien des régions, un veilleur sera à la fenêtre, tendant l’oreille et épiant tous les mouvements ; lorsque le mariage sera consommé, il avertira les familles.

  • Paul dit :

    Depuis des siècles les politiques de contraception essayent de contenir la population. En 1925 les Chinois y allaient fort!

    Un jour Jean-Marie m’a dit:” Ma mère avait fait un bébé au matin avant que je parte à l’école. Elle l’a donné aux cochons. Je suis allé voir…Dans le coin de l’auge il restait un petit pied, le soir il n’y était plus.”

    • viviane dit :

      L’infanticide existe partout. Il n’y a pas si longtemps dans les campagnes certains enfants étaient donnés aux cochons. Actuellement on en retrouve dans les congelateurs…
      Ce sont des actes isolés et qui révoltent.
      Par contre l’histoire des nouveaux nés en Chine et surtout des petites filles…c’est culturel. C’est donc très grave. Il y a, aussi, et c’est actuel, les épouses qu’on brûle en Inde. Les femmes violées exécutés par leurs familles ( pour sauver l’honneur de la famille) dans les pays du Moyen Orient musulman.

      C’est très étrange cette injustice et cette soumission à l’injustice.
      Il m’est arrivé, cette semaine, une histoire surprenante. J’ai été invitée par une femme musulmane ( à qui j’avais rendu service) à manger avec elle et sa copine.
      Cette femme est une intégriste toute voilée. elle est gentille, intelligente,très humaine. Elle est souvent seule parce que le voile ne lui permet pas de travailler ni d’aller dans des associations, loisirs…Elle a de la chance parce qu’elle a un gentil mari. Sa copine, même profil pour l’intégration sociale, a un mari qui a deux femmes et qui se partage entre ses deux foyers. Oui, oui, c’est légal en France puisqu’il s’agit de mariage religieux… Cette femme est malheureuse et les enfants souffrent. J’ai parlé assistante sociale, quitter l’abruti, s’enlever le voile pour s’intégrer…
      Et bien, ce n’est pas possible parce que la pauvre femme irait en enfer !!!!!!! Elle doit subir. La polygamie étant licite et bénéfique, le voile obligatoire sous peine de flammes éternelles. Curieuse, j’ai demandé si j’irai en enfer moi aussi. Réponse non, je n’ai pas reçu le message de la vraie religion. Je serai jugé selon le christianisme ( je ne sais pas si je dois m’en réjouir…)

      Cette soumission aux croyances, ces certitudes, c’est l’enfermement, c’est l’emprisonnement de l’esprit. C’est l’absence de liberté et l’impossibilité de se révolter contre l’injustice.

      Le dogme contre le questionnement.

      • Paul dit :

        Ah! Vouloir faire le bonheur de tous! N’est-ce pas là un de nos travers chère Viviane?
        Je viens de vous lire sur les autres nouvelles vous me semblez un peu redoutable mais nous avons besoin de personnes énergiques dans ce voyage!

        J’ai vu aussi que Max se posait des questions sur une allusion à “ses intentions”.
        Le “ici et maintenant” est très facile à démystifier: tu racontes une histoire de fin du monde et cela signifie en fait qu’il te tarde que ça finisse “cette histoire”.Pigé?
        C’était ce jour là le point de vue du lecteur vachement psy.
        Vous connaissez mes problèmes d’identité?Alors vous me pardonnerez.

  • LiseNY dit :

    Derrière la superstition, il faudrait savoir qui avait ainsi intérêt à éliminer ces petits humains ?
    Comme il faudrait aussi savoir qui a intérêt aujourd’hui à imposer des naissances non-voulues ?
    Et d’un coté comme de l’autre, c’est la femme qui est manipulée.

  • Cyriaque Dumont dit :

    On ne peut parler de naissances non-voulues aujourd’hui dans nos pays civilisés. A part quelques très très rares cas (viols), toutes les naissances peuvent être contrôlées. Avec tout le battage médiatique et l’éducation sexuelle imposée à l’école, on ne peut pas dire qu’une femme ne soit pas au courant de ce qui risque d’arriver.

    En revanche la situation des femmes dans certains pays, essentiellement musulmans et communistes, est en effet dramatique. Par ailleurs il va cruellement manquer de “femmes” au moment où tous ces garçons chinois et indiens seront en âge de se marier. Je pense que la surpopulation, avec laquelle on essaye de nous faire peur, n’est pas pour demain et est encore un moyen de nous manipuler.

    Mais laissons la polémique de côté, texte qui prend aux tripes, de quel droit se plaint-on dans nos pays archi-privilégiés?

    • viviane dit :

      Ben, je ne sais pas si nous ne ressemblons pas aux indiens et chinois qui ne vont pas trouver assez de femmes pour procréer…Nous, nous ne détruisons pas les femmes, nous détruisons la Terre…Et sans la Terre, la surpopulation ne risque pas d’être un problème longtemps…


  • >