L’irradié héroïque

Le pari, écrire une nouvelle par jour en 1.500 caractères

L’irradié héroïque. Les archives des armées révèlent parfois des actes d’héroïsme anonyme, dont le public n’a pas connaissance. En 40 ans de Guerre froide, on ne compte plus le nombre d’hommes et de femmes conduits au sacrifice pour éviter le déclenchement d’un conflit mondial. Aujourd’hui, le danger de la flotte et des installations nucléaires russes obsolètes reste d’actualité.

— Camarades membres de l’équipage, vous savez quelles seront les conséquences de la fuite qui s’est produite dans le circuit de refroidissement du réacteur.
Les hommes du Volgograd, sous-marin à propulsion nucléaire classe November, restaient cois. On entendait le sonar, léger, et le bruit de la ventilation archaïque.

L'irradié héroïque

Sous-marin nucléaire soviétique classe November

— Si nous ne parvenons pas à maîtriser cette fuite, martela le commandant, non seulement le navire coulera, mais une catastrophe nucléaire de grande ampleur se produira, d’après le camarade-ingénieur Dragan. Nous sommes à 270 km des côtes américaines, Miami est en face de nous. En cas d’accident, le peuple américain, notre grand ennemi, disparaîtra dans un rayon de 75 km calculé à partir de la côte. C’est une chose dont nous, membres de l’équipage du Volgograd, ne nous rendrons pas coupables.
Le quartier-maître ajouta:
— Il nous faut un volontaire pour fermer la vanne C8 du circuit. Etant données les radiations, l’homme qui fera cela mourra sur place. Mais il sera célébré comme héros de l’Union soviétique. Sa femme et ses enfants recevront sa récompense.
Silence. Alexeï Koniev fit un pas en avant et dit : “je suis volontaire”.
On le vêtit d’un scaphandre qui devait lui permettre de tenir 10 minutes. On le fit passer de sas en sas dans la salle des réacteurs. Il se précipita sur la vanne pour l’actionner. Quant il eut fini, il était mort, debout. Mais l’accident fut évité.
L’URSS le célébra. Les marins russes l’appelèrent “le Sauveur de l’Amérique”.

  • Paul dit :

    Alexeï Koniev a choisi d’être un héros en offrant sa vie, sans hésiter semble t-il.
    Si vous n’arrivez pas à cela, même en pensée vous aussi,pas de panique, ni de honte! Vous marchez tout tout petit sur le chemin de votre vie? Faites attention de ne pas écraser les tout tout petits insectes sous vos pas. Que de vies épargnées! Bonne route!

  • Oria de Timonier dit :

    A développer peut-être.

  • Caroline dit :

    Un bel exemple d’abnégation à méditer…

  • Bel hommage rendu à ce sauveur.Il doit surement te remercie de là-haut.

  • Magnifique comme toujours cet écrit Max !

    Merci de continuer à nous partager ce talent d’écrivain si ancré en vous de par vos récits qui nous gardent en appétit pour la suite !

    Au plaisir !

    Claudia Lessard

  • sonia dit :

    On ne planifie pas le fait de devenir un héros. On le devient souvent en réaction à une situation imprévisible. Une personne lambda peut se transformer en combattant redoutable d’un moment à l’autre, pour peu qu’elle ait du cœur.
    Alexeï est admirable. Il s’est sacrifié, sa générosité est immense, presque inhumaine.
    Très modestement une vraie réflexion est nécessaire pour prendre les risques de la vie de tous les jours. Ce courage quotidien est admirable aussi. Je vous en souhaite beaucoup cher auteur, ainsi qu’à nous tous !


  • >